Un Noël comme à la maison

En cette fin de vacances de Noël, il y en a des choses à raconter. Tellement, qu’il m’est bien difficile de savoir par où commencer.

Tout d’abord, il y avait cette petite appréhension, ce brin de nostalgie. Nous avons la chance d’avoir une famille et des amis en or, du coup, qui dit fêtes de fin d’année, dit grands-parents, cousins, joyeux repas gourmands et derniers potins croustillants.

Ceux qui nous connaissent bien diront, bon c’est pas la première fois que vous séchez le Noël familial… En effet, les heureux voyageurs que nous sommes, avons été de nombreuses fois absents. Il n’empêche, c’est jamais facile de louper cette occasion annuelle de se retrouver dans la maison familiale, rater ces délicieux moments de partage, de rigolades, de convivialités, d’anecdotes… Bref, les fêtes loin des personnes qu’on aime c’est délicat. Il y a toujours la boule au ventre, le pincement au coeur et très honnêtement même si tout le monde me manque, je donnerais beaucoup pour une heure avec mes grands-parents. Une heure en cuisine avec mes mamies un jour de repas de Noël, c’est juste sans prix. Bref, j’espère que tous les petits veinards qui ont eu cette chance me feront un petit récap sur les meilleurs moments !

J’ai déjà eu vent de deux dindes livrées au lieu d’une et d’une foudroyante épidémie de gastro entérite…. 🙂 Rien sur la fameuse buche au beurre, elle devait être au poil et puis même s’il y avait déjà trois autres buches au programme, comme dit mamie « Michel il l’aime! ». Si certains résistent à ces instants de générosité, moi ils me font fondre et me rappellent toujours d’où je viens.

C’est donc fébrile que nous avancions vers ces fêtes et pourtant…

Tout d’abord, un de mes meilleurs amis avait prévu de faire le déplacement, depuis New York, pour partager les fêtes avec nous. Ainsi, le 23 au soir nous l’avons récupérer, et rien que cette retrouvaille a remis du baume au coeur. C’était vraiment super de se retrouver en cette occasion.

Pour le réveillon, nous étions conviés chez des amis américains. Nous étions une quinzaine à table puis 26 à la soirée. Alors que l’on finissait de préparer le repas, certains s’affrontaient dans d’extroardinaires duels de ping-pong, tant dis que d’autres suivaient le match de football des chargers à la TV. Puis, nous avons eu droit à un véritable festin. La quantité des plats préparés était incroyable. La maitresse de maison avait merveilleusement orchestré tout ça. Cette dernière est une talentueuse cuisinière. Elle a émerveillé les papilles de tous. Chose assez inhabituelle pour nous français, les heures passées en cuisine par notre hôte ont été saluées par un très bref repas. La tradition veut, qu’ici, les gens se mettent en rang d’onion, prennent leur assiette et se servent comme à un buffet. Une fois servis, nous partions tous nous assoir autour de la table. 30 min plus tard, le repas était terminé et nous nettoyons tous ensemble la cuisine, avant de passer au dessert que l’on a pris debout. C’est assez étonnant pour nous, mais cela a l’avantage de pouvoir faire de nombreuses autres chose au cours de la même soirée. Ainsi, les parties de ping-pong ont continué puis nous avons fini par faire le jeu qu’ils appellent l’éléphant blanc. Tout commence par le fait que chaque convive se devait d’amener un cadeau d’une valeur maximale de $25 et de le déposer au pied du splendide sapin trônant dans le salon. Puis, nous tirions les uns après les autres un numéro dans un chapeau. Ce numéro déterminait ton passage pour choisir un cadeau. Toute la beauté du jeu résidait dans le fait qu’un cadeau pouvait être volé jusqu’à deux fois. Ainsi, quand votre tour était venu, si vous préfériez voler un cadeau déjà ouvert par un candidat précédent, au lieu d’en ouvrir un nouveau de votre choix, vous pouviez. Par contre si ce n’était que la première fois qu’il était volé, vous encourriez toujours le risque qu’un candidat suivant vous le vole de nouveau et pour de bon cette fois. Autant vous dire que l’on s’est bien amusé. Si vous aviez vu la tête de la petite dame à qui C. a volé le père Noël gonflable, c’était hilarant. Sur les coups de minuit, nous sommes revenus à la maison boire un dernier verre et ouvrir tous les cadeaux qui s’étaient amonceler en notre absence bien évidemment (quel coquin ce père Noël!!). C’était génial, un vrai réveillon. Nous avons été gâtés comme à la maison. Incroyable! Nous étions des étoiles pleins les yeux. Tous ces gestes nous ont vraiment faits chaud au coeur. C’est d’heureux grands enfants qui sont partis au lit ce soir là. Une chose est sûre Santa avait vu que nous avions été très sage cette année. 🙂

Le lendemain, après une randonnée matinale, nous nous sommes attaqués comme des petits lutins à la préparation d’un nouveau repas de Noël mais version franco-française, avec 7 convives 100% frenchy. A l’exception près que c’est une dinde américaine qu’il a fallu affronter. C’est une bête de 5,6kg qu’il a fallu cuire. Là encore, j’étais en communion avec mes mamies par la pensée; car disons le nous « elle me faisait souci, cette dinde! ».Quel extraordinaire challenge culinaire! Mais bon, après une très remarquée farce, figues, marrons, bacon, calvados, oeuf, l’animal a été enfourné à 14h40 et n’a revu le jour qu’à 19h40. La plus longue cuisson EVER! A. a honoré le repas d’un apéritif composé de brochettes de melon, fromage, tomates cerise, de saucisson et de roulés au pesto. L., J. et M. nous ont servi des brochettes de Saint-Jacques bardées de lard sur un lit de salade. Puis, nous avons eu la fameuse dinde farcies servies avec une purée de fenouil, des carottes cuitent dans un jus d’orange et gingembre, avec des figues pochées au thé noir et des marrons supplémentaires. Le repas s’est terminé sur deux buches chocolatées et une salade de fruits. Bref, nous avons tous dormi sur le dos ce soir là! Mais c’était très agréable de s’en mettre plein la pense comme à la maison!!

En attendant, d’en savoir plus sur la suite de nos vacances, Joyeux Noël à tous.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. DARRES dit :

    Trop bien!! Merci pour ces récits qui nous rapprochent!! Très contente que vous ayez passé un joyeux Noël, j’ai oublié de te dire qu’à chaque repas nous parlions de vous même chez les Rouziès!!
    De très grosses bises de nous 4, lu.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s